Tract UNSA-FO-CGT suite aux déclarations de la CFDT

Publié le par OS

 

Même si les trois organisations syndicales CGT-FO-UNSA  parlent dans ce tract d’union syndicale, nous regrettons que le syndicat SUD ne soit pas nommé dans ce courrier.

Mais en tout état de cause nous avions quitté nous aussi le CCE du 28 septembre 2010 pour montrer notre mécontentement à la politique de notre direction.

 

 

 

Réponse CGT-FO-UNSA-SUD aux déclarations CFDT faites aux différents CE du mois de septembre concernant le boycott du dernier CCE

 

Les organisations syndicales CGT-FO-UNSA et SUD tiennent à préciser leur position face à une nouvelle situation de conflit sur la DRE PCA, mais surtout par rapport à un contexte social malsain sur l’ensemble d’ASF, ces deux aspects ayant visiblement été mal appréhendés par la CFDT au vu des termes employés dans ses déclarations faites dans les différents Comités d’Etablissements.

En effet, dans sa tentative d’explication sur son opposition à notre démarche, la CFDT fait référence à « l’indignation de ces syndicats face à des problématiques régionales ». Il faut tout de même savoir que, comme nous l’avons dit lors de notre départ du CCE, notre décision fait certes suite à une procédure de licenciement d’un salarié de la DRE PCA, mais elle découle avant tout du constat commun d’une politique d’entreprise scandaleuse qui consiste à chercher par tous les moyens, dont certains sont pour nous intolérables, à faire partir les salariés, certains préférant même quitter l’entreprise de leur propre initiative plutôt que de mettre leur santé en péril. C’est dire combien il est urgent d’agir !!!

Comment peut-on concevoir le fait de siéger sereinement dans les instances lorsque parallèlement, le personnel subit ce type de traitement ? Les salariés nous ont élus pour que nous défendions leurs intérêts et que nous luttions contre toute forme d’injustice et non pas pour servir simplement de chambre d’enregistrement aux décisions patronales.

Aujourd’hui, la pression et le mal-être deviennent monnaie courante aux ASF. Certains faits douloureux sont d’ailleurs toujours présents dans les esprits pour nous le rappeler et ce ne sont pas les belles phrases gravées dans différents accords qui règleront une situation qui, de toute évidence, échappe malheureusement à ceux-là même qui ont décidé de rester au CCE du 28 septembre.

C’est en restant et en tenant le CCE du 28 septembre que la CFDT et la CFE/CGC ont choisi de ne pas s’unir aux 5 organisations syndicales présentes au CCE (CFTC, CGT, FO, SUD et UNSA) qui ont quitté la séance et ont préféré malgré tout donner des avis sur des sujets qui auraient pourtant mérité un débat avec tous les acteurs du dialogue social.

Ces mêmes ont d’ailleurs entériné la disparition de la carte de circulation pour les conjoints et les retraités, au profit des badges TIS avec une limitation importante des droits de passages. Il s’agit là encore d’un acquis qui disparaît, avec l’aval de ceux qui ont siégé lors de ce CCE.

Au final, si la « politique de la chaise vide » arrange bien la direction, c’est probablement parce que certains ont choisi de ne pas s’élever fermement, comme nous l’avons fait, face à cette politique destructrice d’emplois, et ont préférés rester pour avaliser certaines décisions patronales.

Pour notre part, et malgré nos différentes sensibilités, nous pensons que seule l’unité syndicale nous permettra de mettre un frein à cette politique destructrice d’emplois, génératrice de stress et de souffrances au travail.

Aussi, nous souhaitons dire à ceux qui ne semblent pas encore avoir compris que tous ensemble, aujourd’hui il était encore temps d’agir, mais que de toute évidence demain il sera trop tard.

 

Publié dans SUD ASF Central

Commenter cet article