PRIME SUR LES DIVIDENDES

Publié le par OS

Tous les salariés
en bénéficieront !
 

Le groupe VINCI ayant augmenté les dividendes attribués aux actionnaires au titre de l’exercice 2010 de 3,08% pour porter le taux de rendement des dividendes à 1,67 € / action, la loi sur la prime de partage des profits entrée en vigueur au mois de juillet dernier s’applique.

 

Cette loi - à forte visée électorale en cette période pré-présidentielle - laisse le soin aux partenaires sociaux de déterminer le montant de cette prime sur les dividendes, sans pour autant en fixer les modalités de calcul ou encore un montant minimum à distribuer aux salariés, hormis le fait de préciser que son montant ne « saurait être symbolique ».

Début septembre, la direction du groupe Vinci a engagé des négociations en vue de trouver un accord avec les organisations syndicales sur la mise en place de cette prime pour l’ensemble de ses filiales françaises.

On ne peut toutefois pas parler de négociations en tant que telles étant donné que, dès l’ouverture de ces dernières, la direction du Groupe a unilatéralement fixé son montant à 350 € par salarié, montant qu’elle a affiché comme non négociable.


Pour obtenir l’adhésion des organisations syndicales à son projet d’accord, la direction a indiqué qu’à défaut de parvenir à un accord au niveau du Groupe, elle renverrait les négociations au niveau de chacune de ses filiales sans consignes particulières de négociations.

 

Un tel procédé exclurait, de fait, les filiales employant moins de 50 salariés du champ des négociations et priverait ainsi leurs salariés du bénéfice de la prime sur les dividendes.  Ces salariés sont déjà exclus de tout accord d’intéressement ou de participation.

Soucieuse de ne pas léser les salariés des petites entreprises du Groupe, les OS ont signées cet accord.

Il n’en demeure pas moins que les OS jugent dérisoire le montant de cette prime au regard des 965 millions d’euros de dividendes distribués aux actionnaires du Groupe et les 800 000 euros « d’actions performances » (gratuites) distribuées à ses 1 813 cadres dirigeants.


Les OS rappellent que cette prime n’est pas une mesure pérenne et est loin de répondre aux attentes légitimes des salariés en matière de pouvoir d’achat.

Commenter cet article