Le scandale des autoroutes.

Publié le par berpont61

Le scandale des autoroutes.

Publié le 10/07/2011 à 14:32 par berpont61

 

Au nombre des scandales d'état, celui des autoroutes tient une bonne place tant cette privatisation a été mal négociée.

Les conseillers de Bercy ont bagarré longtemps contre le ministère des transports pour arriver à leurs fins et après avoir échoué auprès de plusieurs premiers ministres, c'est de Villepin qui a finalement cédé à ce lobby et on peut maintenant dire que cela a été une grave erreur.

En effet les bénéfices annuels des sociétés autoroutières sont actuellement supérieurs à un milliard d'euros qui seraient certainement mieux dans les caisses de l'état que dans celles des actionnaires.

Gilles de Robien avait bloqué la transaction à l'époque en estimant qu'une rentrée d'argent ponctuelle ne valait pas une rente juteuse sur les 30 prochaines années.

La transaction s'est néanmoins faite malheureusement à un coût sous-évalué et l'état a même signé ponctuellement des contrats léonins où les bénéfices sont empochés par les actionnaires et le cas échéant les pertes supportées par le contribuable !!!

On ne peut pas faire pire en tant que gestion des intérêts des français et on se demande à quoi servent les années passées à l'ENA pour faire d'aussi mauvaises affaires.

Le coût des péages devait être encadré et on s'aperçoit qu'il a été augmenté de plus de 20% depuis 2005, une fois de plus l'état ne joue pas son rôle de régulateur, est-ce du laxisme ou est-ce volontaire ?

Une fraude au péage est en train de s'instituer et on ne peut totalement la condamner à partir du moment où les choses sont aussi mal contrôlées et où le profit  sauvage est le maître mot de ces sociétés privées.

Dans les projets à court terme, la construction d'une autoroute entre Toulouse et Castres reprendrait des tronçons de 2x2 voies déjà aménagés, comment peut-on faire payer des péages sur des routes appartenant aux contribuables ?

Autre objet de mécontentement, le contournement de Nice qui désengorge le centre ville mais qui coûte 1 euro à chaque passage, soit environ 500 euros par an de racket...

Que fait le petit sur ce sujet ?

Rien, il n'est pas concerné ou plutôt il trouve cela dans l'ordre des choses...

Commenter cet article