Direction cherche mutuelle... " low cost"

Publié le par OS

Direction cherche mutuelle… « low cost »
La réactivité de l’entreprise en matière d’information sociale n’est plus à démontrer. Son support de communication « Repères RH », destiné… à l’ensemble des cadres et des managers (dixit la direction) en est la meilleure preuve. Mais l’empressement des récentes publications (Salaires, C45, Mutuelle/Prévoyance…), visant à tenter d’instrumentaliser les salariés a fait l’objet de plusieurs remarques de la part des syndicats à la direction. Le n°13 en est l’exemple le plus marquant.


 Explication :
Le 11 mai, s’est déroulée la 3ème réunion de négociation relative à la prise en charge des frais de « soins de santé » (Mutuelle) et de « décès, invalidité » (Prévoyance).
Celle-ci avait pour objectif d’effectuer une présélection de prestataires ayant répondu à l’appel d’offres – Mutuelle/Prévoyance – lancé par la direction, sur les bases des prestations actuellement en vigueur.
Un comble, la direction a communiqué publiquement le contenu des réponses à l’appel d’offres sans que les organisations syndicales soient en possession de ces mêmes réponses.
A l’issue de cette réunion, la direction a aussitôt diffusé sa propagande par e-mail à la Maîtrise d’Encadrement et aux Cadres. Le lendemain, un flash Intranet reprenant la même propagande a été publié.
Désormais, le vrai visage de la direction est affiché au grand jour. ASF a fait le choix de la démagogie et du mensonge !


• Le mensonge : la direction affirme que les principes de cette consultation sont « d’opter pour le ou les prestataires offrant les meilleurs tarifs de cotisations pour des garanties de protection identiques à celles proposées à ce jour ». C’est faux !
Tout au long de cette négociation, les organisations syndicales n’ont cessé d’affirmer que les choix des prestataires ne se feraient sûrement pas sur le critère dit du « moins-disant ». En effet, dans ce genre de consultation, il est d’usage pour certains opérateurs, de casser les prix par rapport aux organismes « sortants » en vue d’obtenir le marché. Chacun peut imaginer ce qui se passe les années qui suivent…


• La démagogie : la direction s’est engagée « à maintenir sa part de contribution pour les frais de santé ». C’est obligatoire et indépendant de cette négociation, car cet « engagement » est contractualisé par l’accord d’entreprise n°86.
Mais ASF se sert de cet « engagement » pour instrumentaliser les salariés en défendant leur pouvoir d’achat et en insinuant que le choix d’un prestataire « moins-disant » offrant de meilleurs tarifs de cotisations serait synonyme de gains en pouvoir d’achat !
Quel culot, à quelques jours seulement d’une négociation pour le moins difficile sur les salaires que l’on soit signataire ou pas !


Cadres, Maîtrise d’encadrement : en vous adressant son « Repères RH », l’entreprise compte sur vous pour colporter ses calomnies et prendre en charge ses basses oeuvres. Aurait-elle la prétention de penser que vous seriez tous acquis à sa cause, comme soumis à un devoir d’allégeance et incapables de déceler cette supercherie ?

 

Pour les organisations syndicales, une question essentielle reste encore sans réponse :


• Pour quelle raison la direction d’ASF met-elle autant d’énergie dans ce dossier en choisissant la voie du populisme à laquelle nous n’étions pas habitués ?

Commenter cet article