Autoroutes concédées : Actualitée de février

Publié le

Autoroutes concédées

                       Actualitée de février

 

1.    Données et faits marquants de la période récente

 

Le trafic sur les autoroutes concédées, bien qu’en progression de +1,2 % termine l’année 2009 sur un bilan en demi-teinte : reprise du trafic VL (+3,5 %), mais activité toujours déprimée pour le trafic PL (- 11 %).

VL : la progression du trafic VL a été aidée par le fait que l’année 2008 avait subi les contrecoups de la flambée du prix des carburants qui sont depuis nettement redescendus.

 

PL : le trafic PL ne s’est toujours pas ressaisi depuis sa chute initiale du 2ème semestre

2008, subissant ainsi les contrecoups d’une activité économique toujours très affaiblie.

Pour les principales sociétés, les données disponibles pour l’ensemble de l’année 2009 présentent une progression du trafic, sans toutefois compenser les reculs enregistrés en

2008 (ASF mise à part) :

 

· ASF : +1,4 % (- 1,4 % en 2008)

· Escota : + 0,7 % (- 1,3 % en 2008)

· Cofiroute : +1,1 % à réseau stable (- 1,4 % en 2008)

· APRR / AREA : + 0,3 % (- 1,2 % en 2008)

Pour le Groupe SANEF, les dernières données disponibles à fin septembre 2009 font état d’une distorsion d’évolution :

· SAPN : progresse de +1,6 % ;

· SANEF : décroît de -1,3 % (mais les données pour la fin d’année devraient afficher un recul plus limité à l’image du reste du secteur).

 

Dans ce contexte difficile, il n’est pas surprenant que les performances pour les tronçons ouverts récemment soient en-dessous des attentes affichées lors de leurs ouvertures (tronçons Pau-Langon de l’A65 (Aliénor) et l’A41 (ADELAC) entre Annecy et Genève), et que le viaduc de Millau voit son trafic PL se développer lentement.

Les ouvertures de 2009 ont fait croître le réseau de 100 km supplémentaires (l’A19

(Arcour) entre l’A6 et l’A10 et le tunnel Duplex A86 de 4,5 km entre Rueil-Malmaison et l’A13), ce qui reste marginal par rapport au 8 500 km précédemment ouverts.

 

Les chiffres d’affaires 2009, aidés par des augmentations tarifaires substantielles devraient progresser de nouveau plus rapidement que l’activité (ex : pour APRR-AREA, progression de +1,2 % du chiffre d’affaires péages 2009, pour une hausse du trafic de

+ 0,3 % ; Vinci Autoroutes : chiffre d’affaires péages en hausse de +3,3 % pour une hausse du trafic +1,7 %).

Les relations avec l’Etat font toujours apparaître des tensions importantes :

 

 

 

· Les négociations sur les « engagements verts » du plan de relance pour les autoroutes concédées, après leur échec mi-août 2009, ont finalement débouché le 25 janvier 2010 pour les groupes Vinci Concessions (ASF, Cofiroute, Escota) et SANEF/SAPN sur la signature d’un accord portant sur 1 milliard d’euro d’investissements en échange d’une année de concession supplémentaire.

 

Le groupe APRR a quant à lui négocié une enveloppe d’investissements « verts » (de l’ordre de 250 M€ selon les informations publiques) dans le contrat de plan 2009-2013 qui en prévoit 500 M€ au total. Ils seront ainsi compensés par les augmentations tarifaires majorées sur la durée du plan (+ 0,5 % en plus de 85 % de l’inflation).

 

· Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que les négociations pour le nouveau contrat de plan 2009-2013 pour Sanef/SAPN et le groupe APRR, aient pris du retard, avec une signature plus d’un an après le terme du précédent contrat qui se terminait fin

2008. Elles ont abouti fin janvier pour APRR-AREA, et devraient l’être également prochainement pour le groupe Sanef.

 

· Le projet d’augmentation de la redevance domaniale continue à refaire surface épisodiquement. Il pourrait se concrétiser en 2010, au bénéfice de la fin des négociations sur les 2 points précédents (plan de relance et contrats de plan). Les négociations s’annoncent délicates pour déterminer les compensations qui seront accordées aux concessionnaires (augmentation tarifaire, durée de la concession, …).

L’Etat a confié à un expert un rapport sur le sujet.

 

Relation avec le public

 

Tirant les leçons des battages médiatiques impopulaires qui ont suivi les récentes annonces d’augmentations tarifaires, les concessionnaires ont décidé d’effectuer une communication commune le 27 janvier dernier, en faisant preuve de pédagogie, et en limitant ainsi l’exposition médiatique. Les commentaires restent très critiques, en s’appuyant toujours sur le rapport de la Cour des comptes de 2008.

 

Aussi ce sujet fait l’objet de prises de position politiques : Arnaud Montebourg, qui siège en tant que président du Conseil Général de Saône-et-Loire au conseil d’administration d’APRR, critiquant les augmentations de tarifs qui sont inscrites dans le contrat de plan 2009-2013, a ainsi voté contre celui-ci.

 

Par ailleurs, le tout nouveau Comité des usagers du réseau routier national institué par les pouvoirs publics en septembre 2009, et dont la première réunion a eu lieu le 14 janvier dernier, ne bénéficie pour l’instant pas d’une grande visibilité.

 

 

2. Les perspectives économiques, financières et stratégiques…

…et leurs impacts sur l’emploi

 

Malgré un contexte économique qui a cessé de se dégrader au second semestre 2009, les perspectives de croissance économique restent très fragiles. Elles continueront donc de peser sur la reprise du trafic.

 

· Trafic PL : étant directement lié à la santé de l’économie, le redressement du trafic PL est conditionné à la reprise de l’activité économique qui se fait toujours attendre.

Cependant, la fin des phénomènes de déstockage et la stabilisation de l’activité économique, couplée aux effets du plan de relance devraient permettre une progression de l’activité au moins sur quelques mois.

 

· VL :

La poursuite de la hausse du chômage, et la persistance des incertitudes économiques pourraient produire des effets dépressifs sur la consommation des ménages et donc sur l’utilisation des autoroutes.

L’année 2008 avait enregistré une baisse historique du trafic consécutive à la forte hausse du prix du carburant en milieu d’année. Ce risque ne peut être écarté en 2010.

2009 avait été aidé par la baisse du prix des carburants intervenue fin 2008. Il est peu probable qu’une nouvelle baisse puisse produire un tel effet en 2010.

 

 

 

 

 

 

Les augmentations tarifaires au 1er février font état d’une certaine modération du fait d’une inflation de référence négative (base octobre 2009 vs 2008 : - 0,22 %), qui est cependant compensée par la part d’augmentation fixe négociée dans les contrats de plan.

Ainsi, pour les véhicules légers.

Exemples : ASF : +0,8% (+3,1% au 1er février 2009) ;

Cofiroute : +0,4% (+2,7% 1er février 2009) ;

Escota : +0,89% (+3,2% au 1er février 2009)

APRR et AREA : +0,5% (+2,7% au 1er avril 2009) ;

SANEF et SAPN : n’augmentent pas leurs tarifs (+2,7% au 1er juin 2009).

Aussi, à moins d’un net redressement du trafic PL, il faut s’attendre à une faible progression du chiffre d’affaires péages en 2010.

 

Dans ce contexte les négociations salariales s’annoncent tendues. Il en fut ainsi dès la fin de l’année 2009 chez ASF et Cofiroute dans le cadre du début de leurs NAO, du fait d’une proposition initiale de la direction de 0 %.

Par ailleurs, la nouvelle étape dans l’automatisation est lancée : le télépéage sans arrêt passe en phase de déploiement en 2010 et 2011. Elle est d’ailleurs fortement aidée par l’Etat, puisque figurant dans la liste des « engagements verts » signés en janvier :

· A hauteur de 120 M€ pour le Groupe SANEF/SAPN sur les 250 M€ d’investissements prévus.

· A hauteur d’environ 200 M€ pour le Groupe Vinci Concessions sur les 750 M€ d’investissements prévus.

(Données non disponibles pour le groupe APRR).

 

 

 

2.    Les points de vigilances et questions d’actualités

 

 

· Analyse des contrats de plan pour les groupes APRR-AREA et SANEF-SAPN

· Analyse des « engagements verts » (pour les groupes Vinci Autoroutes et SANEF)

· Développement de l’automatisation (télépéage sans arrêt et free-flow)

· Respect des covenants financiers (ratio ebitda /frais financiers et ebitda/Dettes nettes) engagés en 2006 sur un business plan plus favorable que le cadre économique actuel

· Santé des sociétés mères actionnaires (secteur BTP), politique de développement mise en œuvre et impact sur les filiales autoroutières

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article