Eiffage bloque l'épargne de ses actionnaires salariés

Publié le par Dépêche AEF n°77291

Dépêche AEF77291
Paris, Vendredi 30 mars 2007, 18:11:26
Domaine : Ressources humaines
Rubriques : Entreprises / Epargne salariale
 
Eiffage bloque l'épargne de ses actionnaires salariés: une "remise en cause d'un modèle de management", selon Lionel Tourtier (Fondact)
 
Dans une lettre envoyée mardi 27 mars 2007 aux actionnaires salariés d'Eiffage, Jean-François Roverato, PDG du groupe de BTP, explique qu'il propose au conseil d'administration de la SICAVAS Eiffage 2000 [SICAV d'Actionnariat Salarié, gestionnaire des valeurs mobilières des actionnaires salariés], de "suspendre les remboursements d'actions Eiffage 2000 (...) jusqu'au retour du cours à un niveau normal". Le PDG espère ainsi empêcher les actionnaires salariés, qui détiennent 21,7% du capital du groupe, de vendre leurs valeurs alors que le cours de l'action a flambé depuis que circule la rumeur d'une OPA (offre publique d'achat) de l'espagnol Sacyr, qui détient déjà un peu plus de 32% du capital.

Cette lettre explicative a été suivie d'une résolution du conseil d'administration de la SICAVAS, composé d'actionnaires salariés des sociétés du groupe Eiffage nommés par l'assemblée générale, qui a accepté cette proposition du PDG dès le mercredi 28 mars 2007. Autrement dit, les salariés actionnaires ne peuvent plus céder leurs titres, alors que le cours, qui dépasse les 110 euros, n'a jamais été aussi haut.

SOUSCRIPTION

Par ailleurs, c'est en mars et avril que sont versés l'intéressement et la participation aux salariés d'Eiffage. La souscription de nouvelles actions par les salariés devait être possible jusqu'au 6 avril mais souscrire au moment où l'action est au plus haut peut s'avérer risqué. C'est pourquoi Jean-François Roverato propose dans la lettre "de reporter la date limite de souscription au 24 avril 2007 et d'attendre pour enregistrer les souscriptions afin que celles-ci ne soient pas comptabilisées sur la base du cours actuel". "Dans ces conditions, je vous engage (...) à souscrire au maximum: Eiffage est plus que jamais un bon placement à moyen terme!", ajoute le PDG.

Le blocage des actions est prévu par les statuts de la SICAVAS, qui prévoient qu' "en application de l'article L.214-19 du code monétaire et financier, le rachat par la société de ses actions, comme l'émission d'actions nouvelles, peuvent être suspendus, à titre provisoire, par le conseil d'administration, quand des circonstances exceptionnelles l'exigent et si l'intérêt des actionnaires le commande".

Les organisations syndicales, qui se demandent encore pour la plupart quelle attitude tenir face à cette décision de la direction générale d'Eiffage, consultent actuellement leurs juristes pour savoir si "l'intérêt des actionnaires" salariés est effectivement respecté dans ce cas.

RESPONSABILISATION DES SALARIÉS

"Cette mesure de blocage est en contradiction avec la politique d'actionnariat salarié de M. Roverato depuis vingt ans", estime Jean-Pierre Campanato, délégué syndical SUD d'APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, filiale d'Eiffage). "Notre syndicat a d'ailleurs demandé par courrier au PDG quels critères il retenait pour faire valoir cet article des statuts d'Eiffage 2000."

Lionel Tourtier, délégué général de Fondact (association pour la gestion participative, l'épargne salariale et l'actionnariat de responsabilité), se demande également si cette façon de faire ne signifie pas une "remise en cause d'un modèle de management" qui consistait à responsabiliser les salariés en leur permettant d'accéder à une part aussi importante du capital. Cette politique a commencé dès la naissance du groupe en 1992, suite à un RES (rachat d'entreprise par les salariés) lancé en 1990. "Tout un travail d'acculturation a eu lieu depuis", estime Lionel Tourtier. "Mais, avec le blocage, le management montre qu'il ne croit pas que les actionnaires salariés aient la maturité nécessaire pour ne pas vendre s'ils estiment que c'est dans l'intérêt de l'entreprise."

Sacyr devrait clarifier sa position concernant une potentielle OPA d'ici le 4 avril mais c'est lors de l'assemblée générale du groupe, qui doit avoir lieu le 18 avril prochain, que les actionnaires décideront ou non de désavouer le PDG.
 
L'AEF est une agence de presse créée en 1998 par Marc Guiraud et Pascal Bouchard. Elle fournit de l'information sur les questions de :
  •  jeunesse , enseignement scolaire , enseignement supérieur , recherche , emploi , formation professionnelle
Reconnue par la CPPAP (Commission paritaire de la presse et des agences de presse), L'AEF est inscrite sur la liste officielle des agences de presse (décret paru au Journal officiel).
L'AEF est membre du SAPIG (Syndicat des agences de presse d'informations générales), au sein de la FFAP (Fédération française des agences de presse).
L'AEF publie une quarantaine de dépêches quotidiennes, produites par 20 journalistes permanents et spécialisés, ainsi que par 10 journalistes correspondants à travers la France.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article