Communiqué du 27/03/2007 de JF ROVERATO

Publié le par APRR

communiqué du 27/03/07 de JF ROVERATO

Madame, Monsieur,
cher salarié actionnaire,

Le conseil du 8 mars 2007 a coopté Benoit Heitz comme administrateur et décidé de s'opposer à la demande de Sacyr de cinq postes au conseil d'administration.

L'exubérance irrationnelle actuelle du cours de bourse d'Eiffage traduit à mon sens le désarroi et l'agressivité d'actionnaires qui veulent à tout prix forcer la porte di conseil lors de l'assemblée d'Eiffage du 18 avril 2007.

En application de l'article 8 de ses statuts, je propose au conseil d'administration de la Sicavas Eiffage 2000, dont je reste le premier actionnaire :
- de susprendre les remboursements d'actions Eiffage 2000, comme c'est déjà le cas pour les achats d'actions Eiffage, jusqu'au retour du cours à un niveau normal.

- de reporter la date limite de souscription au 24 avril 2007 et d'attendre pour enregistrer les souscriptions afin que celles ci ne soient pas comptabilisées sur la base du cours actuel.

Dans ces conditions, je vous engage, comme dans mon éditotrial de "Ressources" de ce mois, à souscrire au maximum : eiffage est plus que jamais un bon placement à moyen terme !

Coryez Madame Monsieur à l'assurance de mes sentiments chaleureux.

(manuscrit)
Encore un grand merci pour votre confiance renouvelée.

JF ROVERATO
COMMENTAIRE SUD Autoroutes
Suite au communiqué de Mr Roverato (PDG Eiffage et APRR) diffusé ce 27 mars à tous les salariés du Groupe Eiffage ; la situation est pour le moins épique (et pour le moins abusive aussi) puisque les salariés qui souhaitaient profiter de la forte hausse de l'action pour vendre des parts ne peuvent pas vendre, jugeant le cours trop élevé la Direction dispose d'un article dans les statuts de la Sicavas (article 8) l'autorisant visiblement à refuser les rachats de parts par les salariés, ces rachats semblant repoussés au 26 avril prochain (quand le cours aura dégringolé)
 
ce communiqué en tout cas démontre que la situation surréaliste des 8 derniers jours est bien le fait de "prédateurs", Roverato se retrouve contraint de l'aborder publiquement, à une quinzaine de jours de l'assemblée générale la situation parait des plus confuse... En tout cas chaque salarié pourra voir que finalement l'argent bloqué ne devient déblocable... que si la Direction décide de ne pas s'y opposer ! vous êtes formidables comme dirait JFR !!!
 

Commenter cet article