CATS Pourquoi SUD Autoroutes ne le signe pas

Publié le par SUD ASF

 
Accord de Branche CATS « Cessation Anticipée d’Activité de Certains Travailleurs Salariés » : Pourquoi SUD Autoroutes ne le signe pas…
 
L’accord de Branche CATS vient d’être conclu au niveau de notre Branche d’activité, seul SUD Autoroutes n’a pas souhaité apposer sa signature sur un accord de Branche qui nous paraît à la fois peu ambitieux, trompeur vis à vis des salariés, en ajoutant par ailleurs que dans le contexte social actuel, nous craignons qu’un tel accord se transforme en outil de casse sociale entre les mains des Directions des sociétés autoroutières concernées.
 
Cet accord de Branche pourra désormais être négocié société par société (même si rien ne l’oblige…).
 
SUD Autoroutes constate qu’à l’application d’un tel accord visant au départ de salariés (ce qui ne peux que convenir aux Directions, à l’heure actuelle), aucun salarié qui bénéficiera du CATS ne sera remplacé : ce qui confirme notre point de vue quant à l’outil de diminution drastique des effectifs que constituera un tel accord. Et ceci annonce déjà des conditions de travail fortement détériorées, du fait d’un sous effectif, pour ceux qui resteront… et qui subiront.
 
En jouant sur la participation de l’Etat et sur les efforts non négligeables des salariés (qui y perdent 30% de leur salaire), on remarque donc bien peu de contraintes pour les entreprises concernées : comment être en osmose avec un principe qui verra des entreprises alléger leur effectif en ne mettant quasiment pas la main à la poche en direction des salariés partants ? Comment accepter qu’un salarié termine sa carrière avec, pour base actuelle, 65 % de son salaire pour solde de tout compte ?
 
L’accord ne prévoit pas d’obligation de négocier positivement dans les entreprises ; qu’adviendra t-il désormais, entreprise par entreprise ; d’une part le résultat final en sera donc un accord peu équitable : d’une société à l’autre, des salariés qui bénéficieront de cet accord CATS ne partiront pas avec les mêmes conditions. D’autre part, les entreprises n’envisagent aucun plan de préretraite, ni préretraite conventionnelle au bénéfice des autres salariés.
 
Si l’idée de départ se voulait positive (et remportait dans le principe l’adhésion de SUD Autoroutes), le résultat final est très éloigné de nos attentes, si éloigné que nous ne pouvons avaliser pareil accord.

Publié dans SUD ASF Central

Commenter cet article