L'ex-patron de Vinci rentier à Genéve

Publié le par presse

L'ex-patron de Vinci rentier à Genève
[ 05/12/06 ] - Voir les commentaires publiés (2)
A deux pas du coeur de la vieille ville de Genève, proche des coupoles dorées de l'église russe, une discrète résidence semble très appréciée des fortunés hommes d'affaires étrangers. Cet hôtel particulier de trois étages bénéficie d'une surface au sol de 339 mètres carrés et abrite trois luxueux appartements. Jusqu'à l'été 2000, l'immeuble était notamment le domicile du richissime saoudien Bahaa al-Hariri, fils de l'ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri, assassiné lors d'un attentat l'an dernier. En 2004, c'est Mohamed al-Fayed qui a loué à cette même adresse un vaste logement lorsqu'il était résident genevois. Mais le milliardaire égyptien a rapidement préféré émigrer à Monaco pour échapper à l'impôt successoral en vigueur dans la cité de Calvin.
Début 2005, c'est Antoine Norbert Joseph Zacharias qui achète cet appartement pour 10,5 millions de francs suisses, soit environ 6,5 millions d'euros. Selon les informations de l'Office cantonal de la population, l'ancien patron du groupe Vinci est désormais officiellement domicilié à Genève, où il exerce la profession de... rentier. Antoine Zacharias n'a donc pas d'activité lucrative en Suisse, ce qui lui donne la possibilité de bénéficier d'un forfait fiscal. Cette disposition du droit suisse permet aux riches étrangers résidant en Suisse d'être imposés selon leurs dépenses et non en fonction de leurs revenus. Une procédure simplifiée qui se base sur le montant du loyer ou de la valeur locative du logement occupé.
Après avoir quitté avec fracas le groupe Vinci à la suite d'une divergence de vues avec le conseil d'administration, Antoine Zacharias, soixante-sept ans, va pouvoir jouir d'une retraite confortable. Lors de son départ, il aurait reçu un salaire de 4,3 millions d'euros ainsi qu'une prime de sortie de 13 millions. Mais, surtout, depuis le début de sa carrière à la tête du géant mondial du BTP, il aurait accumulé 3,5 millions de stock-options évalués à quelque 173 millions d'euros. Résultat, avec un patrimoine estimé entre 200 et 300 millions de francs suisses, Antoine Zacharias fait son entrée dans la liste 2006 des plus grandes fortunes domiciliées en Suisse que doit publier cette semaine le magazine « Bilan ».
LUIGINO CANAL (À GENÈVE

Commenter cet article