Péages : Première flambée

Publié le par UFC Que choisir

26/09/06
Péages
Première flambée

Il n'aura pas fallu attendre une année pleine après leur privatisation pour que les autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) augmentent leurs tarifs. Et sortent le grand jeu pour justifier cette augmentation du tarif des péages auprès des usagers. Paris-Rhin-Rhône (APRR) augmentent leurs tarifs. Et sortent le grand jeu pour justifier cette augmentation du tarif des péages auprès des usagers.
+ 2,47 % en moyenne sur l'ensemble des autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) et + 1,64 % sur le réseau des autoroutes Rhône-Alpes (AREA) pour les véhicules légers. À partir du 1er octobre, le trajet entre Paris et Lyon coûtera 29,30 euros, contre 28,20 euros actuellement, soit, à en croire le syndicat Sud Autoroutes, « l'une des plus importantes hausses de ces dernières décennies ». Pour les poids lourds de classe 4, les tarifs vont même augmenter respectivement de 3,46 et 3,38 %.
Cette flambée est d'autant moins anodine qu'elle intervient moins d'un an après le rachat de la société APRR par le consortium Eiffage-Macquarie. Une coïncidence qui a de quoi susciter certaines interrogations chez les usagers à qui la privatisation avait été présentée sous les meilleurs auspices. Anticipant la grogne, les gérants d'autoroutes ont pris les devants. Dans un communiqué, APRR, particulièrement pédagogue, rappelle que cette hausse s'inscrit dans un cadre réglementaire strict, encadré par l'État et surveillé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). La société explique aussi que cette augmentation a été calculée en tenant compte de l'indice des prix à la consommation (hors tabac) et du programme d'investissement 2004-2008 destiné à améliorer la qualité de service, renforcer la sécurité ou encore favoriser la fluidité du trafic. Un programme dénoncé par le syndicat Sud Autoroutes qui, dans un communiqué, décrit « une nette dégradation du service aux clients avec en particulier une calamiteuse politique d'automatisation des péages qui accroît les délais d'attente au péage ».
Enfin, pour couronner le tout, APPR a orchestré une grande campagne d'information de ses clients. Affichettes sur chaque cabine de péage, article traitant du sujet dans la lettre d'information adressée aux clients du télépéage, chroniques sur les radios autoroutières, dépliant diffusé à 650 000 exemplaires et informations sur Internet. La société ne lésine pas sur les moyens pour faire passer la dragée.
Avec cette première augmentation des tarifs depuis la privatisation se pose la question de la mise en place d'une instance indépendante de régulation des autoroutes, même si le prix des péages est actuellement négocié entre chaque société d'autoroute et l'État. Le groupe APPR bénéfice d'une concession jusqu'en 2032.

Cyril Brosset

Commenter cet article