ARRESTATION

Publié le par presse

Sud ouest du 04/09/2006
ARRESTATION. --L'auteur des braquages du Mas et du Passage a reconnu les faits à la fin de sa garde à vue

L'homme aux treize braquages
:Julien Lestage
 



L'homme attaquait surtout les stations-service et les péages.
PHOTO ARCHIVES JEAN-LOUIS BORDERIE
On en sait à présent un peu plus sur la personnalité du braqueur solitaire arrêté jeudi matin à son domicile. Ce Bergeracois de 31 ans qui, pendant deux mois, a donné du fil à retordre aux enquêteurs, avait déjà été condamné par le passé pour des faits de vols, excès de vitesse, et outrages. Selon le procureur, ce n'est que récemment qu'il se serait livré à des actes beaucoup plus graves. Il a sévi un peu partout dans le Sud-Ouest et au péage du Passage et à la station du Mas d'Agenais en Lot-en-Garonne.
Né en 1975, le jeune homme vivait seul dans un appartement du vieux Bergeracois, situé à quelques pas du palais de justice. Sans travail, bénéficiaire du RMI, n'ayant que très peu de vie sociale, et en souffrance sur le plan psychologique, il était aussi sous curatelle renforcée. Au final, une forme d'isolement qui a sans toute compliqué son repérage et son arrestation.


Trahi par son ADN. Malgré le caractère très brutal de ses "sorties" visage masqué, il agissait avec un fusil de chasse à canon scié- une source proche de l'enquête confiait que le braqueur « tentait de rassurer ses victimes qui paniquaient » au moment où il se faisait remettre le butin. Au total, il aurait ainsi raflé, lors des attaques de station-services, magasins d'alimentation et gares de péages, une somme de 9 000 euros.
Interpellé par une dizaine d'hommes du peloton d'intervention inter-régional de Toulouse (un groupe qui intervient lorsque le GIGN ne peut se déplacer), l'homme aurait été cueilli en douceur. Selon nos informations, en effet, le malfaiteur dormait au moment où les gendarmes ont pénétré dans son domicile.


Incarcéré à Agen. Toujours selon nos informations, le prévenu qui a nié jusqu'au bout sa culpabilité, a avoué être l'auteur des treize braquages dans les toutes dernières secondes de sa garde à vue, en déclarant aux enquêteurs que « la nuit porte conseil ». Il aurait ensuite donné une avalanche de détails aux gendarmes et au juge en charge de l'affaire. Un changement d'attitude qui n'a pas manqué de surprendre ceux qui l'entendaient.
Mis en examen pour vol avec arme, celui qui était surnommé le braqueur solitaire, a été confondu par une empreinte ADN. L'homme, qui devra comparaître devant une Cour d'Assises a été conduit à la maison d'arrêt d'Agen, en attendant son procès.

Commenter cet article