tout ! tout! tout ! vous saurez tout sur VINCI

Publié le par presse

Vinci: Xavier Huillard poursuit M. Zacharias en diffamation.
jeu 15 jui, 11h47       
 
(Cercle Finance) - Le directeur général exécutif de Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) , Xavier Huillard, compte engager une action judiciaire en diffamation contre Antoine Zacharias, à la suite de la publication dans la presse, par l'ancien président du groupe, d'une lettre destinée aux administrateurs.
'Accusé par Monsieur Zacharias d'avoir été l'auteur d'une lettre de dénonciation anonyme en avril 2005 et de m'être livré à des tentatives de chantage en mai 2006, j'ai donné mandat à mon avocat d'engager immédiatement une action judiciaire en diffamation contre celui-ci', indique le patron de Vinci dans un communiqué publié à titre personnel.
La presse avait fait état, hier, d'une lettre adressée par l'ancien numéro de Vinci à l'ensemble des administrateurs du premier groupe mondial intégré de concessions et construction, contestant la nature de sa démission.
'Les développements de Monsieur Zacharias lorsqu'il prétend n'avoir pas démissionné ne peuvent se comprendre qu'au regard de la problématique du maintien des droits sur les stock options qui lui avaient été attribuées', souligne Xavier Huillard dans son communiqué.
Il dit déplorer que les accusations de Monsieur Zacharias 'visant à déstabiliser le conseil d'administration' interviennent au même moment que les rumeurs attribuant à Veolia le projet d'une prise de contrôle de Vinci, rumeurs confirmées depuis par le groupe de services collectifs.
Copyright (c) 2006 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Vinci : renvoie Veolia à ses études
jeu 15 jui, 10h59       
 
Veolia Environnement (Paris: FR0000124141 - actualité) remonte de 4% mais Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) reperd 3,8% à 77,65 Euros après le refus de la direction du groupe BTP (Paris: FR0000033607 - actualité) d'examiner l'intérêt d'un possible rapprochement amical entre les deux entités.
Hier soir, le conseil de l'ancienne filiale de Vivendi (Paris: FR0000127771 - actualité) avait tendu la main à Vinci en proposant un rapprochement négocié... Le groupe de construction et de concessions a immédiatement répliqué ne pas être intéressé par cette offre qu'il estime "non sollicitée" et "hostile".
Le marché respire un peu sur Veolia ce matin car la bourse juge l'opération trop coûteuse. En revanche, la perspective d'OPA s'éloignant, Vinci se dégonfle de nouveau.
  __________________________________________________________________________

 
Vinci : UBS a relevé son objectif de cours
jeu 15 jui, 10h30       
 
Le titre Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) bénéficie ce matin d'une recommandation d'UBS (Virt-X: UBSN.VX - actualité) qui a relevé sont objectif de cours de 85 à 90 Euros avec une opinion confirmée à l'achat.
Vinci cède actuellement autour de 4% sous les 78 Euros, soit la moitié des gains accumulés hier (+8%). Des prises de bénéfices rapides après la réaction négative des dirigeants de Vinci au projet d'offre amicale confirmé hier soir par Veolia Environnement (Paris: FR0000124141 - actualité) .
 
VINCI : Le débordement des résistances permettra une hausse
jeu 15 jui, 10h10       
 
==/STRATEGIE/==Tant que 60,01 EUR reste support le mouvement peut rejoindre à court terme 83,06 EUR.La rupture de 60,01 EUR invaliderait cette opinion, et ouvrirait la voie à 55,4 EUR.
==/SYNTHESE/==Le MACD est négatif, mais il se situe au-dessus de sa ligne de signal : la tendance est en train de changer. Maintenant, le MACD doit franchir zéro pour que la hausse se poursuive dans les jours à venir. Le RSI est supérieur à 50, cela confirme une bonne orientation du titre. Les indicateurs stochastiques ne donnent pas de signaux clairs pour les jours à venir. Les volumes échangés sont supérieurs à la moyenne des volumes sur les 10 derniers jours.
==/MOUVEMENTS ET NIVEAUX/==Le titre est en phase de reprise technique. Il est au-dessus de sa moyenne mobile à 50 jours. Le support est à 64,62 EUR, puis à 60,01 EUR - la résistance est à 83,06 EUR, puis à 87,67 EUR.
 
La Bourse de Paris débute en hausse, Vinci retombe
jeu 15 jui, 10h22       
 
PARIS (Reuters) - La Bourse de Paris débute en hausse jeudi, dans le sillage des marchés américains et asiatiques, malgré des statistiques sur l'inflation aux Etats-Unis peu rassurantes publiées la veille.
Le CAC 40 progresse de 0,87% à 4.655,43 points vers 9h45. Ailleurs en Europe, Londres prend 0,98%, Francfort 0,93%, l'EuroStoxx 50 0,87% et l'EuroFirst 300 0,94%. La veille, le Dow Jones a progressé de 1,03%, le S&P 500 a pris 0,52% et le Nasdaq composite a gagné 0,65%. Le Livre beige de la Fed publié mercredi soir note pourtant des signes de ralentissement de la croissance et de signes d'inflation.
Le baril de brut léger américain , livraison juillet, progresse de 54 cents à 69,68 dollars.
Le dollar se traite à 1,2609/11 pour un euro , contre 1,26 la veille en clôture.
Sur le plan des indicateurs, les investisseurs attendent l'indice manufacturier de la Fed de New York, la production industrielle et l'utilisation des capacités au mois de mai et l'indice de la Fed de Philadelphie. La veille, l'indice très attendu des prix à la consommation, a eu peu d'impact sur les marchés, tout comme les prix à la production la veille.
Sur le plan sectoriel, les produits de base affichent le plus forte rebond avec un gain de 2,87%.
Vinci retombe de 3,65% alors que Veolia remonte de 1,6%, après le rejet, annoncé la veille au soir, par le groupe de construction de l'offre de fusion amicale du groupe de services collectifs. Selon des analystes, le communiqué de Veolia publié ce matin doit être interprété comme une décision du groupe d'abandonner son projet sur Vinci. Mercredi, Vinci avait pris 8,24% et Veolia 8%, le marché étant de plus en plus sensible aux spéculations.
EADS se reprend un peu (+1,9% à 19,09 euros) après sa chute de plus de 26% la veille en réaction à l'annonce d'un nouveau retard de livraison de son A380. Après WestLB la veille au soir, Kepler est passé à l'achat ce matin, jugeant la valorisation d'Airbus désormais trop sévère.
Infogrames chute de 9,43% à 0,48 euro après avoir annoncé que ses pertes s'étaient nettement creusées en 2005-2006.
 
Le Cac 40 rebondit, Vinci et Vivendi reculent
jeu 15 jui, 10h51       
 
La Bourse de Paris progresse de 1% en milieu de matinée dans le sillage du rebond des marchés américains hier et asiatiques ce matin. Les investisseurs procèdent des achats à bon compte alors que le Cac est tombé hier à son plus bas depuis le 1er décembre 2005. La remontée des cours du brut soutient Total, première pondération de l'indice phare. EADS (Paris: NL0000235190 - actualité) se reprend au lendemain d'une chute de plus de 26%, tandis que Vinci (Paris: FR0000125486 - actualité) recule après le rejet d'un projet de rapprochement soumis par Veolia. En dehors de l'indice, Zodiac (Paris: FR0000125684 - actualité) bénéficie de la croissance de son chiffre d'affaires trimestriel, tandis qu'Infogrames (Paris: FR0000052573 - actualité) est pénalisé par l'aggravation de ses pertes annuelles.A 10h50, le Cac 40 (Paris: actualité) gagne 1,15% à 4.668,57 points. A Londres, le Footsie prend 1,21% à 5.573,3 points et, à Francfort, le Dax (Xetra: actualité) progresse de 1,06% à 5.362,38 points.
Le dollar se replie à 1,2622 pour 1 euro, les opérateurs prenant leurs bénéfices après le rally observé depuis le début du mois. Le baril de brut léger américain livrable en juillet reprend 56 cents à 69,70 dollars en réaction à la baisse plus forte que prévu des stocks hebdomadaires aux Etats-Unis.Cinq statistiques américaines sont attendues cet après-midi : les inscriptions hebdomadaires au chômage et l'indice de la Fed de New York pour le mois de juin à 14h30, suivis à 15h00 par les entrées nettes de capitaux en avril, puis à 15h15 par la production industrielle de mai. Enfin, la Fed de Philadelphie publiera son enquête de juin à 18h00.

Contre la tendance, Vinci recule de 3,84% à 77,65 euros après avoir rejeté un projet de rapprochement présenté par Veolia Environnement. Le groupe de BTP (Paris: FR0000033607 - actualité) qualifie cette proposition d'" hostile " et de " non sollicitée ", ajoutant qu'un rapprochement entre les deux entreprises " n'aurait aucun intérêt stratégique, ne serait pas porteur de synergies et ne serait pas créateur de valeur pour ses actionnaires ". L'action Veolia reprend 3,86% à 39,60 euros.
 
Veolia doit trouver le code pour le coffre-fort de Vinci
jeu 15 jui, 11h21       
 
PARIS (Reuters) - Veolia Environnement va devoir trouver des arguments pour convaincre les administrateurs de Vinci après le refus de l'équipe de direction d'étudier sa proposition d'un rapprochement amical.
Les investisseurs semblent considérer que l'opération, dont l'intérêt industriel ne leur paraît pas évident, n'a aucune chance de se réaliser.
A la Bourse de Paris, Veolia, qui avait perdu 7,97% mercredi, progressait de 3,67% à 39,53 euros vers 11h00 tandis que Vinci, après un bond de 8,24% la veille, reculait de 3,84% à 77,65 euros.
Evoquant "la convergence des métiers et la complémentarité des savoir-faire", le conseil d'administration de Veolia, réuni mercredi soir, a chargé le P-DG Henri Proglio "d'étudier l'éventualité d'un rapprochement amical avec Vinci dans l'intérêt des actionnaires".
Le groupe de B-TP et de concessions, qui vient de traverser des turbulences qui ont conduit à la démission de son président Antoine Zacharias, a réagi avant même cette annonce en dénonçant un projet sans "aucun intérêt stratégique", "pas porteur de synergies" et "pas créateur de valeur pour ses actionnaires". Il a même jugé que le projet avait un "caractère hostile".
Jeudi matin, Veolia a déploré "le refus de la direction" de Vinci d'étudier un possible rapprochement "amical".
Les deux groupes se sont refusé à tout autre commentaire.
Pour les analystes financiers, ce dernier développement met un terme à ce projet, dont l'intérêt est avant tout financier puisqu'il permettrait à Veolia, qui porte une dette de 13,9 milliards d'euros (soit un gearing de 150%) de mettre la main sur une entreprise ayant une dette de 1,58 milliard (30% de gearing) et générant 2,1 milliards de cash flow.
CONVAINCRE LES ADMINISTRATEURS DE VINCI
Pour les spécialistes d'Oddo Securities, le projet de rapprochement est "tué dans l'oeuf".
Selon des sources proches du dossier, les choses sont plus complexes. Vinci n'a pas convoqué son conseil d'administration mercredi soir. La dernière réunion remonte à vendredi. Interrogée, une porte-parole du groupe a refusé de dire si le communiqué avait été approuvé par les administrateurs.
Henri Proglio, qui dispose de réseaux puissants, a un conseil qui représente plus ou moins l'établissement. Y siègent notamment Daniel Bouton, président de la Société générale, Beaudoin Prot, directeur général de BNP Paribas, Francis Mayer, directeur général de la CDC, et Jean Azéma, directeur général de Groupama.
Vinci est désormais présidé par Yves-Thibault de Silguy, qui était cadre dirigeant chez Suez après une carrière dans les sphères gouvernementales. Le directeur général exécutif, Xavier Huillard, reconnu pour ses compétences dans son secteur, n'a pas vraiment de relais dans le sérail.
Fragilisé par la récente affaire Zacharias et ne disposant pas d'un capital verrouillé (le flottant est de près de 90%), Vinci est à la merci d'un prédateur étranger. L'espagnol Abertis a démenti toute velléité.
 
Veolia regrette la fin de non-recevoir de Vinci
jeu 15 jui, 10h14       
 
PARIS (AP) - Veolia Environnement a regretté jeudi le rejet par Vinci de l'offre de fusion formulée avec l'objectif affiché de créer un géant européen de l'environnement et des infrastructures. Veolia Environnement "déplore le refus de la direction du groupe Vinci d'examiner l'intérêt d'un possible rapprochement amical entre les deux groupes", indique un communiqué du groupe qui se revendique comme le "leader mondial des services à l'environnement". Veolia Environnement, groupe de service aux collectivités (eau, déchets, transports), avait annoncé mercredi soir, à l'issue d'une réunion de son conseil d'administration, envisager un rapprochement "amical" avec le groupe de BTP Vinci (parcs de stationnement et autoroutes). Vinci avait aussitôt rejeté l'offre de Veolia Veolia Environnement qualifiant à l'inverse cette opération d'hostile. Vinci estime qu'elle ne présente "aucun intérêt stratégique", qu'elle ne créerait ni synergie, ni valorisation boursière. AP Bg/com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article