Deux mille euros d'amende avec sursis et 1 euro symbolique de dommages et intérêts à verser à la CFDT

Publié le par Si j'avais su, j'y serais allé

Deux mille euros d'amende avec sursis et 1 euro symbolique de dommages et intérêts à verser à la CFDT pour "violation de domicile"

Voila ce a quoi sont condamnés Michel et Ludovic.

Et ce pour avoir osé demander, en nombre et pacifiquement des explications aux dirigeants nationaux de la CFDT, signataires des accords de 2003 concernant les chômeurs et intermittents.

 

Parce que l'on ne peut pas laisser condamner cet outil traditionnel et parfois indispensable de la lutte, syndicale ou politique qu'est l'occupation.

Parce que l'on a eu raison de demander des comptes à un syndicat qui signe avec le MEDEF contre les travailleurs.

Parce que la CFDT vient à nouveau de signer un accord UNEDIC qui prévoit de laisser plus de la moitié des chômeurs non indemnisés.

Parce que ni Michel ni Ludovic ne doivent être privés de leur droit à manifester pour les 5 années qui viennent.

Parce que la politique de la direction nationale de la CFDT s'attaque à tous les salariés.

Parce que l'époque impose de nécessaires mobilisations...

 

Ils ont décidé de faire appel dés aujourd'hui.

 

Tous les soutiens sont les bienvenus.

Merci à ceux qui ont manifesté leur soutien aujourd'hui et depuis le début de cette affaire.

 

Retrouvons nous vite et nombreux dés les prochaines échéances :

 

Lundi 26 janvier à 19h

Assemblée générale des travailleurs du spectacle au Théâtre des Folies

Bergère

32 rue Richer 75009 PARIS - M° Cadet ou Grands Boulevards

 

Jeudi 29 janvier, en grève et en manifestation !

Bastille à 14h

Rdv spectacle : angle Bd Beaumarchais et rue de la Bastille

 

 Et un premier commentaire qui nous a plu :

 

/L'Histoire du mouvement ouvrier a été marquée par de grandes conquêtes sociales : Sécurité sociale, retraites, congés payés, allocations chômage... Obtenues le plus souvent avec l'aide des syndicats.

Il faut bien admettre que ces conquêtes remontent à il y a fort longtemps. De nouveaux droits se font attendre.

Malheureusement, au moment où l'on attend un sursaut de la part des organisations syndicales pour faire face à toutes les attaques du patronat et du gouvernement, l'une des plus importantes d'entre elles, la CFDT, invente une nouvelle forme de pratique qu'elle croit sans doute moderne : la collaboration (de plus en plus) étroite avec le MEDEF.

 

La CFDT se retrouve aujourd'hui toute seule à signer un accord visant à diminuer les droits des chômeurs. Mais ce n'est pas tout. La CFDT, considérant sans doute qu'il n'y a plus lieu d'employer des moyens d'action désuets tels que la grève (François Chérèque dénonce l'action du syndicat Sud de la gare Saint-Lazare) ou l'occupation, vient de faire

condamner aujourd'hui deux militants ayant participé, il y a trois ans, à une action visant à interpeller ses dirigeants suite à son approbation de la contre-réforme des retraites et la signature d'accords avec le MEDEF sur le dos des intermittents et précaires.

 

Cette condamnation est gravissime pour les militants de tous les syndicats. Même si la peine est relativement légère, elle n'est pas symbolique. C'est la première fois dans l'Histoire qu'un syndicat fait condamner en justice une pratique syndicale. Comme a pu le dire le député André Chassaigne, venu à la barre soutenir Ludovic et Michel :

"comment je vais faire, maintenant, alors que je soutiens, l'action de militants CFDT qui occupent leur usine ?"

Aujourd'hui, alors que Michèle Alliot-Marie envisage de criminaliser les occupations de lieux publics ou privés, le gouvernement vient de recevoir un sacré coup de main de la part de la CFDT pour concrétiser cette intention.

Tous les syndicats doivent à réagir à cette ignominie.

Commenter cet article