La fédération de la métallurgie du syndicat chrétien a reçu un chèque de l'UIMM, destiné selon elle à la direction du syndicat. Le patron de la CFTC dément.

Publié le par LE FIGARO

La fédération de la métallurgie du syndicat chrétien a reçu un chèque de l'UIMM, destiné selon elle à la direction du syndicat. Le patron de la CFTC dément.

C'est le chèque de la discorde. Dans l'édition de jeudi du Parisien-Aujourd'hui en France , Jacques Voisin, président de la CFTC et candidat à un troisième mandat lors du congrès confédéral du 28 au 31 octobre prochain, se frotte à Joseph Crespo, président de la fédération de la métallurgie du syndicat chrétien, mais aussi candidat à la succession de Voisin. L'objet du litige, sur fond de guerre de succession donc, est un chèque d'un montant de 69.000 euros, émis en septembre 2003 par l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) et encaissé par la fédération du même nom de la centrale syndicale. Une « erreur » estime Jospeh Crespo au journal, ajoutant que ce chèque était destiné à la confédération (la CFTC, ndlr). Sans préjuger du caractère légal de ce paiement, il explique que la CFTC lui aurait ensuite réclamé l'argent indûment perçu, en adressant un courrier à la fédération. Des accusations qui prennent un relief particulier après la révélation de l'affaire des retraits suspects des caisses de l'organisation patronale. Des fonds qui auraient pu servir au financement de syndicats, voire de partis et hommes politiques.

Faux, s'étrangle Jacques Voisin, qui récuse des propos destinés à « jeter la suspicion » sur lui et sur la confédération, à deux semaines du congrès. S'il admet que la CFTC a reçu un chèque du montant indiqué de la part de sa fédération de la métallurgie, il conteste l'origine de l'argent. « Cette somme peut correspondre à des paiements de cotisation » ou au « remboursement » d'un prêt de la part d'une fédération qui se trouvait alors en difficultés financières, explique Voisin, qui annonce avoir fait entreprendre des recherches pour connaître la raison du versement. En résumé, l'argent ne viendrait pas de l'UIMM « Quand on fait des chèques de ce montant-là, on ne se trompe pas d'adresse » - , et jamais la CFTC n'aurait d'ailleurs réclamé un tel chèque, par courrier. « Il a cette lettre ? Qu'il la montre », ajoute Jacques Voisin.

Ce n'est pas le premier épisode de la guéguerre entre Voisin et Crespo. Jacques Voisin avait ainsi reproché début octobre à sa fédération de la métallurgie d'avoir reçu une somme de 23.000 euros de l'UIMM pour la location d'un stand lors d'un congrès de la CFTC en 2006. « Rien d'illégal », se défend Joseph Crespo, qui se présente comme une victime des attaques de la confédération. Le patron des « métallos » CFTC s'interroge sur la nature des relations entre la CFTC et l'UIMM. « Rien que des partenariats légaux », réplique Voisin, citant les accords conclus avec diverses institutions lors des congrès du syndicat.

Jeudi matin, personne n'était disponible à l'UIMM pour répondre à nos questions.

Source : Le Figaro

Commenter cet article