communiqué de presse du Syndicat SUD Autoroutes

Publié le par SUD AUTOROUTES

La société SANEF prete à licencier pour contrer la liberté d'expression et l'exercice du Droit syndical. 

M. Valère LELIEVRE, salarié de la société concessionnaire d’autoroutes SANEF (groupe ABERTIS), Délégué Syndical SUD sur l’Etablissement de SENLIS et Elu titulaire au CE, fait l’objet de la part de sa Direction d’une procédure de licenciement pour TROP FORTE ACTIVITE SYNDICALE. La direction de SANEF l'accuse officiellement : d’ « harceler » sa hiérarchie, d’avoir posé plus de 700 réclamations en réunion des Délégués du Personnel, d’avoir déposé 9 préavis de grève, d’avoir rédigé plus de 200 courriers à la direction, d’avoir assisté des salariés SANEF aux Prud’Hommes, d’avoir effectué des actions judiciaires, de s’être rendu au Tribunal d’Instance, d’avoir « dénigré » la direction, etc…
En d’autres termes, il est reproché à ce Délégué Syndical d’être trop actif… en remarquant au passage que seule une situation sociale fortement dégradée peut permettre à un représentant du personnel d’agir avec autant de fougue. La Direction de la société SANEF réprouve aussi les notions élémentaires de liberté d’expression, puisqu’en reprochant à ce salarié de critiquer les méthodes de sa société, ceci revient à vouloir étouffer toute contestation dans les rangs de la SANEF : Qu’a donc tant à craindre SANEF au point de vouloir bâillonner un délégué syndical ? La politique menée suite à la privatisation de SANEF est-elle à ce point destructrice d’emplois et dévastatrice socialement pour que l’actuelle Direction veuille à tout prix faire taire ce représentant du syndicat SUD AUTOROUTES ?

Ironie du sort : la représentativité de SUD a été reconnue à la SANEF il y a 8 mois, après nombre d’actions juridiques ; et devant ces juridictions, SANEF contestait la représentativité de SUD - Autoroutes en invoquant un manque d’activité syndicale de SUD au sein de l’entreprise… Aujourd’hui, cette même Direction considère que SUD agit trop, parle trop…

Les menaces sérieuses qui pèsent désormais contre ce salarié doivent faire réagir les pouvoirs publics et doivent aussi ouvrir les yeux de la Direction de la SANEF ; cette dernière doit se prononcer clairement contre toute sanction à l’encontre de M. Valère LELIEVRE, car actuellement c’est ouvertement une procédure de licenciement qui est entreprise, et nul ne peut tolérer qu’on brandisse la menace d’un licenciement à l’encontre d’un individu qui ne fait qu’agir de bonne foi pour la défense des salariés de la SANEF.

SUD estime aussi que les initiatives de la Direction, appuyées par un vote des élus locaux d’un CE de SANEF (CFDT, CFTC, FO et CGC) doivent faire réagir au plus vite ces 4 organisations syndicales nationales, en notant que les tentatives d’intimidation vécues par notre collègue deviendront demain la norme chez SANEF, pour tous les syndicats, si ces derniers ne s’élèvent pas dès maintenant contre des méthodes d’un autre âge.
SUD Autoroutes usera de tous les recours possibles pour la défense du délégué syndical de SANEF, il faut aussi que tous les salariés s'opposent fermement à cette procédure de licenciement, car à travers ce cas, ce sont nos libertés fondamentales qui sont attaquées. Si une telle procédure aboutissait, cela créerait un dangereux précédent, qui engendrerait d’autres victimes, à courte échéance.
- 05 février 2008 - Contact : JP CAMPANATO : 06.14.63.65.72.

Lien vers le texte : http://www.sudautoroutes.com/

Pour faire un lien vers cette pétition, cliquez-ici

Commenter cet article